n°74 Créer sa Web radio - Distributeur de tâches sur le Web - La Côte d'Ivoire adopte le Cloud distribué - Interview de Clarence Rodriguez correspondante en Arabie Saoudite, Vie Quotidienne

Créer sa Web radio ? Trop facile


Après avoir testé son application sur iPhone, Yasound compte ouvrir sa plate-forme d’hébergement aux milliards d’internautes qui pourront créer leur propre média musical en quelques clics.

Jean-Marc Plueger, cofondateur de Yasound

Las d’écouter des radios commerciales ? Créez donc votre propre programmation sur Internet avec la musique et les émissions de votre choix. Et surtout partagez-les avec le monde entier. « Avec notre plate-forme d’hébergement, cette opération est aussi simple que de créer son blog ou sa page Facebook », revendique

Jean-Marc Plueger, cofondateur de Yasound avec Sébastien Métrot, son directeur technique. « Il suffit aux internautes de choisir sur leurs mobiles ou leurs ordinateurs leurs morceaux préférés et d’enrichir, s’ils le souhaitent, leur sélection musicale avec d’autres titres déjà stockés sur nos serveurs », explique le dirigeant qui a déjà testé à grande échelle son application téléchargeable gratuitement depuis mars 2012 sur iPhone.

Le 23 octobre prochain, la start-up annoncera la sortie de la nouvelle version de sa plate-forme. Une véritable révolution dans l’air qui permettra à chacun de posséder sa propre radio… Yasound s’est donné les moyens de supporter la charge grâce à une innovation technologique développée par Sébastien Métrot. En effet, ses serveurs peuvent diffuser 50 fois plus de radios qu’avec des solutions traditionnelles.

Émettre légalement. Surtout, en créant sa propre radio sur Yasound, l’internaute ne risque pas de se voir condamner par les ayants droits. A l’instar de ces milliers de radios pirates qui opèrent sur le Net en dehors du champ légal. Et pour cause : « Les démarches sont compliquées et onéreuses », soulève Jean-Marc Plueger. Il faut signer des accords avec la Sacem qui gère les droits des auteurs et des compositeurs, et avec les syndicats qui gèrent les droits des producteurs, en l’occurrence la SCPP (Société civile des producteurs phonographiques) et la SPPF (Société Civile des Producteurs de Phonogrammes en France).

Légal et gratuit. Autant de démarches administratives qui seront épargnées aux utilisateurs de Yasound. « Surtout, nos utilisateurs n’auront pas à payer de redevance qui s’élève à plus d’un millier d’euros par an car nous avons négocié avec les syndicats concernés », ajoute le PDG qui s’est déjà frotté au problème desminima garantis lorsqu’il opérait Jiwa, le site de musique en streaming aujourd’hui fermé. Cette expérience lui a donné suffisamment de crédibilité pour lever des fonds auprès de Jaïna Capital, Kima Ventures et Freddy Mini. Jean-Marc Plueger travaille d’ailleurs à l’augmentation de son capital qui s’élève actuellement à 500 000 euros. Une levée indispensable car avant de passer à la monétisation de son service, il s’agit avant tout de construire l’audience.

© Eliane Kan

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :