Management, n°74 Créer sa Web radio - Distributeur de tâches sur le Web - La Côte d'Ivoire adopte le Cloud distribué - Interview de Clarence Rodriguez correspondante en Arabie Saoudite

Des repas savoureux pour préserver l’autonomie


Le centre d’action sociale de Lomme (Nord) vient de remporter le prix de l’innovation pour ses repas savoureux et adaptés à la capacité des personnes du troisième âge à mastiquer leur repas.

Savourer du saucisson pour les personnes âgées, un grand moment de plaisir ! © Ccas de Lomme

Pour bon nombre de personnes âgées, le repas constitue un des seuls moments de plaisir de la journée. Mais à défaut de pouvoir mâcher leur nourriture, ces dernières sont souvent contraintes de renoncer à bon nombre de mets qui faisaient autrefois leurs délices. Comme de simples poireaux vinaigrette ou une salade de tomate. « Or plaisir de manger et autonomie sont souvent liés », soulève Annick Lapierre, directrice du Pôle solidarité de Lomme (30 000 habitants), dans le nord. D’où son idée de servir aux pensionnaires des Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) des repas personnalisés et à texture modifiée hachée, mixée ou coupée selon les prescriptions du médecin. Surtout, l’originalité de la démarche consiste à préserver le goût des aliments. Comme cette salade verte mixée puis retravaillée à la gélatine ou ce granité de tomate qui permettent aux pensionnaires de renouer avec des saveurs oubliées.

Prix de l’innovation sociale. « Nous servons aujourd’hui ces repas à texture modifiée à une centaine de pensionnaires et depuis mars à une quinzaine de personnes vivant à leur domicile », indique Annick Lapierre qui vient de recevoir avec son équipe de restauration du Centre communal d’action sociale (CCAS) le prix de l’innovation sociale remis cette semaine par l’Union nationale des CCAS. Ce prix salue aussi la création l’an dernier d’une cuisine centrale dédiée au troisième âge et équipée d’une salle blanche réfrigérée. Donnant sur l’espace de livraison, celle -ci permet de porter les repas dans les deux heures qui suivent le mixage de repas pour éviter la contamination bactérienne.

Les carottes sont rappées ou mixées selon les besoins de chacun. © Ccas de Lomme

Redonner goût à la vie. Bien-sûr, la réalisation de tels aménagements nécessite un soutien des élus sachant que la cuisine centrale a réclamé un investissement de plusieurs millions d’euros. Outre l’achat des équipements traditionnels de cuisine, il a fallu acheter des Blixters, à savoir des robots qui permettent de varier le mixage des aliments. « A ces dépenses s’ajoutent la formation du personnel de cuisine et de livraison des repas ainsi que l’embauche d’une personne supplémentaire pour mixer et conditionner les produits », indique Annick Lapierre qui a mis en place des indicateurs afin de mesurer la portée de son action. « Nous nous sommes rendus compte que les pensionnaires ont retrouvé le plaisir de la table. 40% d’entre eux ont d’ailleurs pris du poids », se félicite la directrice qui est en bonne voie de faire des émules auprès d’une grande ville.

© Eliane Kan

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :