Management, n°55

Société en participation : planche de salut du cinéma libre


Auteur, producteur, réalisateur de cinéma et distributeur de films en salles, Daniel Léger dénonce le manque de démocratie dans la structure de financement du cinéma en France. Ne pouvant changer tout le système à lui seul, il plaide pour le statut de SEP (Société en participations).

Daniel Léger. © Cineden Station Distribution

Si les Français délaissent le petit écran au profit d’Internet, c’est peut-être en raison de la pauvreté des programmes. « Qu’il s’agisse d’oeuvres américaines ou françaises, entre les séries télé, les rediffusions et les films de télévision, le choix est limité », explose Daniel Léger, à la fois auteur et patron de Cineden Station Distribution, une société de réalisation, production et distribution de films en salles. Il dresse un constat sévère de la situation du cinéma libre en France.

Démocratie défaillante. « À l’exception d’Arte qui en passe parfois, il est rarissime de voir des films de cinéma français qui n’aient été financés par les télévisions. » Traduction : en France, ce sont les chaînes TV qui financent, une fois le projet approuvé par Canal+. Un préalable indispensable même pour trouver des sponsors et mécènes. Plus grave encore : « Les décideurs de Canal+ refoulent les projets des auteurs qui ne font pas partie de leur sérails », dénonce le cinéaste qui vient de créer l’Association des cinéastes français non financés. « Il en résulte un cinéma financé pour une caste avec la complicité de l’État. » Pour les expérimentés, c’est usant. Pour les jeunes, c’est démoralisant.

Aurélie Fournier et Cédric Camus tournant une dans le film Le huitième péché. © Cineden Station Distribution

Vademecum. « Afin d’essayer de rétablir une certaine démocratie dans la profession, nous venons d’adresser une lettre à chacun des députés et sénateurs », sourit Daniel Léger. En attendant que les parlementaires changent la donne, s’ils le font un jour, que faire ? Le cinéaste dégaine une arme juridico-fiscale : la société en participations (SEP). Et de livrer ici en exclusivité un petit Vademecum. Il s’agit d’abord de créer une SEP par film, en prenant, par exemple, le nom du film concerné. Précision : la SEP peut être créée officiellement ou secrètement à l’intérieur d’une société de production ou de distribution. La gérance et la gestion de la SEP étant assurée par la société de tutelle qui sera rémunérée à hauteur de 10% Tous les professionnels impliqués dans le film (artistes, techniciens, loueurs de matériel, propriétaires de décors, apporteurs de fonds…) pourront obtenir des parts de la SEP à la place de leur rémunération habituelle (à la semaine).

Aurélie Fournier et Nitsa Benchetrit, actrices dans le film Le huitième péché. © Cineden Station Distribution

Un système très souple. « En assemblée générale extraordinaire, avant le tournage, nous pouvons quand même décider d’accorder durant le tournage des avances sur les futurs dividendes RNPP (Recettes nettes Part Producteur), principalement aux artistes et techniciens, sous certaines conditions... », détaille Daniel Léger qui vient d’expérimenter ce procédé pour son dernier film, Le huitième péché, (en salles en mai prochain). Les 50 professionnels (dont 28 comédiens) ont accepté que tout ou partie de leur salaire soit ainsi transformé en parts sociales. « Si la société de tutelle est à la fois productrice et distributrice en salles, cela peut rassurer davantage les investisseurs. Car les recettes sur les ventes peuvent faire partie du deal. » Gageons que ce système saura susciter des vocations !

© Erick Haehnsen

Advertisements

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :