B2B, n°50

La mécatronique veut doper les énergies vertes


En embarquant des systèmes intelligents, les éoliennes et panneaux photovoltaïques promettent d’améliorer leur rendement.

André Montaud, directeur général de Thesame, le centre européen d'entreprise et d'innovation de la Haute-Savoie. © D.R.

Alliance de la mécanique, de l’électronique et de l’informatique, la mécatronique vise à rendre plus intelligents ou plus performants les systèmes existants. « A l’instar des systèmes de freinage ABS ou plus proches de nous, des robots aspirateurs », commente André Montaud, directeur général de Thesame, le centre européen d’entreprise et d’innovation de la Haute-Savoie. Cet organisme remettra le 6 juin prochain les prix des 5ème Mechatronics Awards organisés avec Artema, le syndicat des industriels de la mécatronique. Ce concours aura pour thème le développement durable et la performance énergétique avec la présentation de nombreuses recherches.

Course à la performance. A commencer par la maintenance préventive des éoliennes en mer sachant que toute intervention in situ est soumise à la violence des vents. En évitant les casses intempestives, les opérateurs pourront optimiser la production d’énergie et amortir ainsi les coûts d’investissement. D’ici deux ans, les gigantesques mats verront leurs ailes, rotors, alternateurs et autres pièces tournantes instrumentés de capteurs afin de détecter les vibrations et échauffements annonciateurs d’une future casse. Et ce, grâce à un microprocesseur embarqué qui va analyser les signaux et les comparer avec ceux présents dans sa base de données. De quoi sonner l’alerte en cas de risque avéré. Ce système qui existe déjà à bord de certaines éoliennes installées sur la terre ferme a suscité une véritable course à la performance partout dans le monde. « Les Japonais sont partis les premiers mais les Français sont bien placés grâce aux grands appels d’offres sur les éoliennes en mer », indique le directeur de Thesame qui vient de mettre en ligne le premier site national dédié à la mécatronique.

Microactionneurs. Autre amélioration en vue pour les énergies renouvelables, l’arrivée de microactionneurs qui devraient optimiser la production des centrales photovoltaïques. Un sujet sur lequel travaille l’Ines (Institut national de l’énergie solaire). Le rendement des panneaux solaires est actuellement de 15 à 20%. Pour augmenter ce taux et passer à une fourchette allant de 40 à 45%, les grands panneaux solaires (d’une dizaine de mètres de largeur) vont être équipés de trackers (systèmes qui orientent les panneaux suivant la course du soleil). Ainsi que de lentilles de Fresnel, sortes de loupes de 1 cm x 1 cm sur lesquelles vont se concentrer les rayons du soleil. Astuce, chaque lentille se verra affublée d’un microactionneur d’environ 1cm3 qui permettra de l’ajuster en permanence afin de mieux capter l’astre solaire. A la manière des grands miroirs qui équipent les télescopes.

© Eliane Kan

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :