Management, n°30

Un Cloud biométrique pour les chercheurs


Travailler à distance sur des données sensibles impliquait jusqu’alors de se rendre à Paris et de consulter les bases de données de l’Insee. Pour limiter ces déplacements, sans perte de sécurité, un accès à distance innovant voit le jour.

L’Insee et, plus généralement, le système statistique public, ne détiennent pas que des données anonymes. Sans être directement nominatives, certaines informations, une fois recoupées, peuvent identifier les sources. Les chercheurs réclament l’utilisation de ces données individualisées dès lors qu’ils entreprennent des travaux sur des problématiques précises. Par exemple, lorsqu’il s’agit de données géolocalisées, au niveau d’une commune ou dans le cadre d’une étude sociologique. Ces informations sont soumises à des règles de confidentialité rigoureuses. A savoir : elles sont isolées sur un réseau informatique, le Centre d’accès sécurisé distant aux données (Casd), une gigantesque base de données… inaccessible depuis l’internet.

Authentification forte. Le Groupe des écoles nationales d’économie et statistique (Genes) a donc conçu la  »Secure Data Box », surnommé SD-Box, un équipement informatique capable de donner un accès sécurisé à ces données individuelles aux chercheurs habilités par le Comité du secret statistique et la Cnil. Les utilisateurs s’identifient sur un serveur distant à l’aide d’une carte à puce biométrique et travaillent à distance sur ces données, sans possibilité de les faire sortir du système. Principe : éviter les fuites d’informations. « La SD-Box n’autorise en effet aucun copier/coller et les chercheurs ne peuvent pas non plus imprimer la page qu’ils sont en train de consulter, ni connecter une clé USB », précise Kamel Gadouche, du Genes.

Carte biométrique. En pratique, la SD-Box est munie d’une prise réseau Ethernet afin de rejoindre facilement le Casd via Internet. En outre, elle est reliée à un écran, un clavier biométrique et une souris d’ordinateur. « Nous avons ouvert le Casd avec un accès distant de façon à ce que les chercheurs ne soient plus obligés de se déplacer à Paris pour y accéder », souligne Kamel Gadouche. « C’est une forme de Secure Cloud Computing (SCC), un Cloud Computing privé. » Un avantage logistique de taille : avec la SD-Box, terminé les allers – retours incessants pour venir consulter le Casd directement dans les locaux de l’Insee. Le chercheur n’a qu’un voyage à faire pour récupérer son équipement. Et enregistrer une signature de son empreinte digitale sur sa carte à puce biométrique…

© Guillaume Pierre

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :