B2B, n°29

Des lucioles pour suivre les objets à la trace


Difficile de garder à l’œil des milliers d’objets mobiles dans un périmètre donné, de les localiser précisément et de tracer tous leurs déplacements. Une solution présentée par Fireflies RTLS, il y a quelques semaines au Forum 4i à Grenoble, pourrait bien changer la donne.

Les  »lucioles » RFID sont des étiquettes électroniques capables de se géolocaliser. (c) D.R.

Qu’il s’agisse d’un échographe égaré entre les deux étages d’un hôpital, d’un véhicule défectueux à retirer d’un parc immense ou d’un colis précis à retrouver dans un centre de tri logistique… mettre la main sur l’objet recherché peut rapidement se transformer en cauchemar pour le logisticien. Une problématique à laquelle répond la société Fireflies RTLS, en équipant tous les objets susceptibles d’être recherchés avec des  »lucioles » RFID. A savoir : des étiquettes électroniques auto-alimentées, capables de se géolocaliser en se référant à la position d’autres lucioles fixes qui jalonnent de manière régulière le périmètre à surveiller.

Jean-Claude Sabonnadière, le président de Fireflies RTLS. (c) D.R.

Concrètement, pour l’utilisateur, il s’agit de lancer le logiciel de Fireflies RTLS depuis l’ordinateur central ou un PDA et d’entrer le numéro de l’objet dont il souhaite retrouver la trace. La requête est envoyée dans le réseau de lucioles jusqu’à rejoindre l’objet réclamé. « La luciole concernée dit  »c’est moi! » et arrête le signal », explique Jean-Claude Sabonnadière, le président de Fireflies RTLS. « Elle se géolocalise rapidement par triangulation et renvoie l’information dans le réseau. » En une fraction de seconde, l’utilisateur reçoit ainsi la position de l’objet recherché. L’installation d’un site prend quelques heures, ne nécessite ni trou ni vis, pour un prix qui débute à 30.000 euros. Cette technologie s’adresse à quatre grands types de marchés : la manutention, le transport et la logistique, la protection civile et le patrimoine industriel. Utile par exemple, pour garder à l’œil des dépôts d’armement. Ou pour offrir aux pompiers la possibilité de récupérer rapidement leur matériel de secours, éparpillé dans les hôpitaux à la fin d’une intervention. Pour l’heure, l’entreprise est sur le point d’équiper les 8.000 containers d’un grand port français.

© Guillaume Pierre

Advertisements

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Facebook

%d blogueurs aiment cette page :