Club des médias, n°57 Le pouvoir au consommateur - La 3ème génération Photovoltaïque - Tirer profit des formats numériques - Yann Guegan rédacteur en chef adjoint à Rue89

Interview du journaliste : « On entend de plus en plus l’expression  »tactiliser » »


Interview de Yann Guegan, rédacteur en chef adjoint à Rue89, responsable de l’édition du magazine sur mobiles et tablettes Rue89-Au-bout-des-doigts.

Yann Guegan, rédacteur en chef adjoint de Rue89, responsable de l'édition du magazine sur mobiles et tablettes Rue89-Au-bout-des-doigts © TCA-innov24

Quel a été votre parcours ? J’ai étudié le journalisme à l’ESJ de Lille jusqu’en 2001. Puis, j’ai été pigiste en tant que secrétaire de rédaction (SR) dans la presse écrite : àLibérationTéléramaL’Equipe Mag... où j’ai fait des remplacements et des bouclages. En mai 2007, quelques semaines après son lancement, j’ai rejoint l’équipe de Rue89. D’abord comme  »éditeur Web » pour la mise en forme des articles, la titraille, l’iconographie, la gestion de la page d’accueil, la relation avec les internautes, le Community Management. On appelle cela aussi  »Social Media Editor’‘. En fait on a ramené le SR costaud vers le Web. Il s’agit aussi de retravailler les titres pour leur donner de la couleur, un ton, une patine propres à Rue89. En septembre 2011, je suis devenu rédacteur en chef adjoint pour le magazine pour mobile et tablettes Rue89-Au-bout-des-doigts.

Dans l'enquête ''Les 100 Tweets qui ont fait le printemps", sur les révolutions arabes, ce bouton ''Qu'est-il devenu?'' permet d'accéder astucieusement à une actualisation du portrait. © TCA-innov24

Rue89 a fait école, en quelque sorte… La formation est une activité qui génère environ 30% du chiffre d’affaires deRue89, la pub représentant 60% et la revente de contenus, 10%. Je consacre 3 à 4 jours par mois à la formation. Nous avons donné des stages à M6, France Télévision, Radio-France…

Qu’a apporté la reprise de Rue89 par le Nouvel Observateur ? Le groupe a repris nos pertes. Les cordons de la bourse ont été un peu desserrés. Il y a eu l’embauche de 2 journalistes, Emilie Brouze (éditrice) et Elsa Fayner, rédactrice pour Rue89 Eco. Les salaires ont été un peu augmentés. Aujourd’hui nous sommes 25 salariés dont une quinzaine de rédacteurs.

Pourquoi avoir lancé un magazine sur iPad ? C’est pour faire des sous ! On avait déjà décliné la marque sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter) et sur les mobiles. Il y a ainsi eu 500.000 installations de l’application mobile de Rue89 sur iPhone, 100.000 sur Android et 15.000 sur Nokia.

Et côté tablette ? 40.000 installations pour le numéro 1. On avait sur-cartonné ! Il y a eu un effet de buzz incroyable… Mais nous avons dû faire une seconde application car la première avait été lancée à partir du compte Apple Store de notre développeur, Thomas Duc, basé à Barcelone. Or celui-ci ne peut lancer que des applications gratuites. Donc la seconde version de Rue89-Au-bout-des-doigts enregistre 23.000 installations, dont 1.400 mercredi dernier.

Comment ça marche ? L’internaute va dans son store et installe une application qui permet de lire le journal. Ensuite, il accède au kiosque (News Stand, en anglais) et achète le numéro qu’il souhaite. Le numéro en cours est à 1,59 euro, les numéros précédents (seulement le numéro 2 pour l’instant) sont à 0,79 euro. Ces prix sont à choisir parmi une liste de tarifs fixés par Apple et sont harmonisés par rapport aux devises dans tous les pays. Apple prend une commission de 30% sur les ventes. Pour l’heure, nous ne sommes que sur l’iPad. Mais nous préparons une version pour Android.

Avec quel outil montez-vous votre magazine ? Avec PadCMS, un logiciel Open Source [à code source ouvert qu’on peut copier, modifier et redistribuer] pour la mise en page des magazines électroniques sur iPad et Android. L’éditeur, le français Adyax, vise les petites rédactions et compte se rémunérer avec le service (installation, formation, conseil). PadCMS est très innovant et pratique : il permet de construire le chemin de fer, les séquences, les pages, les interactions. Par exemple, pour passer d’une séquence à l’autre, la main défile de droite à gauche (ou à l’inverse) mais pour naviguer dans une séquence, les pages sont verticales. Cela devient une sorte de standard de navigation. Ensuite, à nous de trouver les marqueurs qui font apparaître les bulles, les gabarits en tirette… bref tout ce qui fait de l’expérience iPad une lecture ludique et tactile. On entend de plus en plus l’expression  »tactiliser ».

La rédaction de Rue89. © TCA-innov24

Quels sont les contenus de ce magazine ? Des contenus qui se prêtent à ce type d’exploration. On avait démarré avec la maquette de la version papier [laquelle a été abandonnée, NDLR]. Nous allons redémarrer à partir des seuls contenus du site que nous ne payons pas puisqu’ils l’ont déjà été. Le mode d’ordre, c’est la  »sérendipité » : on ne sait pas ce qu’on vient y chercher mais on va le trouver à coup sûr ! Cela veut dire que les contenus doivent être divers et surprenants aussi bien sur le fond que sur la forme. Nous montons le journal en une semaine avec la directrice artistique, Déborah Heyer et la responsable de la photo et de l’iconographie, Audrey Cerdan.

Quelles sont les règles que vous avez élaborées ? Pour arriver à quelque chose de fluide, il faut être perfectionniste au plan de l’ergonomie. Sur ce terrain, nous faisons de la dentelle. Ensuite, nous ne mettons pas plus de 12 à 15 séquences par numéro. Cela allège le fichier à télécharger. Ici, cela prend 4 à 5 minutes. On nous dit que c’est déjà assez long. Certains magazines se téléchargent en plus de 20 minutes ! Ensuite, le grand rêve, c’est cette scène de Minority Report dans laquelle l’article de presse se met à jour tout seul !

Les journalistes se projettent-ils vers l’iPad ? Non, pas pour l’instant. Ils n’ont pas tous un iPad. Ils commencent à s’équiper. Mais cela viendra. : l’iPad n’influence pas la manière d’écrire pour le quotidien mais cela peut amener les journalistes à concevoir des articles moins périssables.

Quelles questions vous posez-vous ? Je ne suis toujours pas sûr de savoir à quel prix vendre le magazine, ni quelle périodicité adopter, ni combien de séquences il faudrait mettre. Je ne sais pas non plus si le magazine sur l’iPad va ramener de la pub… Pour 23.000 installations, il n’y a eu que 1.000 ventes. Ce qui est un peu décevant. Nous réfléchissons à l’idée de trouver un sponsor par numéro. Peut-être faut-il attendre d’avoir 100.000 installations ? Par ailleurs, la vidéo reste un de nos points faibles. Ce qui est sûr, c’est que produire un numéro ne coûte que 10 jours/homme. Soit 4.000 euros environ, ce qui est très peu.

Quel est votre prochain gros titre ? Le numéro sortira à la mi-avril. Le gros titre sera peut-être la guerre du Web.

© Propos recueillis par Erick Haehnsen

Photo 1 : Yann Guegan, rédacteur en chef adjoint de Rue89, responsable de l’édition du magazine sur mobiles et tablettes Rue89-Au-bout-des-doigts © TCA-innov24
Photo 2 : Dans l’enquête  »Les 100 Tweets qui ont fait le printemps », sur les révolutions arabes, ce bouton  »Qu’est-il devenu? » permet d’accéder astucieusement à une actualisation du portrait. © TCA-innov24
Photo 3 : La rédaction de Rue89. © TCA-innov24

About these ads

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Les + partagés

%d blogueurs aiment cette page :